Les Fonds Souverains

Les Fonds Souverains

Toute l'actualité sur les Fonds Souverains

L'Histoire des Fonds Souverains : du Koweït à la Chine...

 


En 1953, le gouvernement du Koweït décide de créer un fonds spécialisé dans les investissements à caractère local et étranger, le
Kuweit Investment Authority, afin de placer ses surplus financiers liés à l’exploitation de pétrole dans sa région. Ce fonds souverain est donc le premier du genre dans le monde, il sera suivi ensuite par le fonds souverain singapourien Temasek Holdings, en 1974. Puis par les fonds du Canada, des États-Unis et des Émirats Arabes Unis en 1976, qui sont respectivement l’Alberta Heritage Savings Trust Fund, l’Alaska Permanent Reserve Fund et l’Abu Dhabi Investment Authority.

En 1980, le sultanat d’Oman décide de créer son propre fonds souverain, le
State General Reserve Fund, afin de gérer les investissements de ses réserves pétrolières. Ce fond appartient au sultanat d’Oman et est administré par le Ministère des Finances.

En 1981, le gouvernement de Singapour décide de créer un deuxième fonds souverain, le Government of Singapore Investment Corporation dans le but de gérer ses réserves en devises.

En 1983, le gouvernement du sultanat du Brunei créé le Brunei Investment Agency, afin de gérer ses rentes pétrolières.  

Dans les années 90, plusieurs fonds ont été créés, nous avons entre autres, le Government Pension Fund[1], créé en 1996, qui est un fonds de réserve de pension de l’état norvégien issu d’une rente pétrolière. Nous avons aussi le Khazanah créé en 1993 par la Malaisie ; le Pula Fund, créé en 1996 par la République du Botswana ; et le Oil Stabilization Fund, créé en 1999 par l’Iran.

 

Les années 2000 connaissent un nombre croissant de création de fonds souverains, qui s’explique majoritairement par l’augmentation du prix des matières premières. En 2000, l’Algérie créait le Fonds de Régulation des Recettes, dont les objectifs sont de protéger l’économie du pays des chocs extérieurs et de maîtriser l’inflation. La même année, le Kazakhstan décide lui aussi de créer son fonds souverain, le National Fund, afin de garantir un développement économique et social stable dans le pays, d’accumuler des ressources financières pour les générations futures et se protéger des fluctuations extérieures.

En 2003, le gouvernement russe décide de se doter d’un fonds souverain, le
Stabilization Fund of the Russian Federation, avec comme objectif de réduire l’inflation dans le pays et d’isoler l’économie russe des volatilités des prix des matières premières, suite à la crise financière de 1998[2].

 

En 2004, l’Australie créait l'Australia Future Fund, qui est un fonds d’épargne pour les générations futures. La même année, les Émirats Arabes Unis se dotent d’un second fonds souverain, le Dubai International Capital, qui a pour objectif d’investir dans des sociétés privées ou publiques.

 

En 2005, le Oil Reserve Fund est fondé par la Libye ; le National Development Fund, par le Venezuela ; le Korea Investment Corporation, par la Corée du Sud ; et le Qatar Investment Authority, par le Qatar.

En 2006, le Economic and Social Stabilization Fund et le Pension Reserve Fund sont fondés par le Chili.

 


En octobre 2007, la Chine décide de créer à son tour un fonds d’État, le China Investment Corporation, basé sur le modèle du fonds singapourien

Temasek Holdings, afin de pouvoir gérer comme il faut ses gigantesques réserves de change[3]. Son objectif est d’investir dans une cinquantaine de multinationales à travers le monde. Ce fonds souverain est donc le dernier en date, et il est déjà l’un des plus puissant et actif dans la finance mondiale, avec près de 200 milliards de dollars d’actif.

 

Le 7 mai 2008, le Brésil a annoncé la création d’un fonds souverain, via son ministre des Finances, Guido Mantega. Le fonds sera doté de 20 milliards de dollars[4]. C’est un projet original car le fonds serait financé à l’aide des ressources fiscales du pays, et non à l’aide de ses excédents de réserves de devises, qui s’élèvent à 185 milliards de dollars[5]. Le fonds devrait avoir comme missions d’investir dans des entreprises à l’étranger et en acquérir certaines. Avec une préférence pour les obligations aux actions.

 



[1] Successeur du Petroleum Fund

[2] En 1998, la Russie a connu une crise financière sans précédent, qui se réalise après la crise économique asiatique de 1997. La crise est caractérisée par une dévaluation brutale du rouble et une impossibilité de la part de la Russie de payer sa dette.

[3] La Chine possède en Janvier 2008 les plus grandes réserves de change, avec près de 1 590 milliards de dollars.

[4] Le Journal des Finances (semaine du 10 mai 2008)

 

Partager cet article

Commenter cet article